Hellfest 2023 : Jour 3

Et c’est parti pour la troisième journée du Hellfest. La journée du samedi était dès l’origine prévue comme étant une des très grosses journées du festival de par nos attentes. Et que l’on vous le dise tout de suite, c’est surement celle qui nous a le plus convaincu de l’ensemble de cette édition 2023 du Hellfest.

Soyez prêt car vous allez en avoir pour vos oreilles aujourd’hui. A noter que la journée du samedi était la journée noire de part le nombre de personnes sur le site, forcément dut à la présence de l’unique date en France de Iron Maiden sur leur tournée Future Past Tour.

Nature Morte

On commence aux aurores sous la temple pour revoir avec grand plaisir sur scène Nature Morte. Le trio parisien de blackgaze venait ici proposer un set autour de leur précédent album, Messe Basse. Mais ce n’est pas tout car Oddity, leur prochain album, semblait également pointer son nez.

Et forcément, comme nous l’avions déjà constaté en 2020, Nature Morte est pour nous une des meilleures formations du genre en France. Il y a une véritable atmosphère qui se créé dès les premiers instant, une énergie qui se mêle également avec la sensibilité des musiciens, fonctionnant de A à Z en trio, s’observant tout le temps. L’ensemble était en plus sublimé par un très bon travail de l’ingé lumière, et on ne voit pas passer la demi-heure.

Pour information, nous avons eu l’occasion de faire une interview avec le groupe, qui paraîtra prochainement à l’occasion de la sortie de Oddity.

Zulu

Après avoir fait un tour pour voir une partie du set de Bloodywood, qui nous aura qu’a moitié convaincu de part une trop forte présence de bande son supplémentaire, nous avons foncé dans la Warzone pour aller voir les américains de Zulu. Sur le papier, un groupe de hardcore américain engagé autour des questions des droits civiques et de la communauté noire américaine, c’est un sujet qui nous parle.

Et quelle énergie. Une efficacité énorme, un enchaînement sans répit. Le quatuor avait 30 minutes pour convaincre, et ils ont tout retournés sur leur passage. Un groupe à suivre sans aucun doute. C’est aussi cela le Hellfest, l’occasion de découvrir de nouveaux groupes.

Grandma’s Ashes

Après une pause bien méritée, et la réalisation d’interviews, il était temps de nous retrouver à la Valley pour aller voir Grandma’s Ashes. Le trio, que nous avions vu en 2021, arrivait avec une véritable colère et rage. Edith, à la batterie, portant pendant l’ensemble sur set un tee-shirt où était écrit : No abusers on stage. Le mot est passé.

Avec un set d’environ 45 minutes, elles ont axés leur setlist autour de leur premier album, This Too Shall Pass. Nous avions d’ailleurs parlé de sa conception à l’occasion de l’interview réalisée avec Myriam, guitariste au sein du groupe.

Comme on pouvait s’en douter, Grandma’s Ashes à délivré un set très puissant, très lourd de par des riffs ultra efficace, réussissant à convaincre tout une foule davantage curieuse que connaisseur de l’univers du groupe.

C’est lors de la fin du set, que les filles réalisent pour conclure le concert, des salutations au public en brandissant leur guitares et basses à l’envers où était inscrit : No Abusers on Stage, No Abusers Backstage. A noter que parmi l’ensemble des groupes programmés au Hellfest, seulement elles, Vulves assassines ainsi que Poésie Zéro, ont été les seuls à véritablement s’engager et prendre position face notamment à une partie de la programmation (que nous avons boycotté) et aux agissements du festival.

Puscifer

De par ce qui nous attendais pendant le restant de la journée, nous avons accouru aux mainstages, avec pour commencer, le concert de Puscifer. Pour ceux qui ne connaissent pas la formation, il s’agit du troisième projet, et surement le plus personnel, du chanteur Maynard James Keenan, qui est également aux voix de Tool et de A Perfect Circle. Forcément, de notre côté, l’attente de découvrir la formation sur scène était grande.

Et le résultat était très convaincant. Forcément, de jour, et dans un contexte de festival, ce ne sont pas les moments propices pour profiter entièrement de la musique de Puscifer, mais leur rock’n’roll ambiant post-indus nous emmenant dans les confins de l’espace nous a tout de même ensorcelé pendant l’entièreté du set. Forcément, on ne peut que vous convaincre d’aller les écouter, mais surtout de les voir en live, l’expérience étant véritablement différente.

Arch Enemy

Changement à 180° de genre sur la mainstage 2 avec le concert de Arch Enemy. Le groupe de Death metal mélodique était de retour pour le grand bonheur des fans du groupes, mais pas que. La dernière fois que nous avions laissé le groupe, c’était en 2014 lors de la sortie de War Eternal et l’arrivée de Alyssa au chant.

Difficile donc de bouder son plaisir de retrouver de façon intacte le groupe, dans un show ultra efficace, avec un peu de pyro tout de même malgré l’heure où le groupe était sur scène. Le concert a donné la priorité sur Deceivers, le dernier album en date du groupe, sans oublier tout de même certains hits. Pour information, nous avons eu l’occasion de réaliser le shooting photo du groupe pendant War Eternal. Une boucle qui s’est bouclée ici.

Porcupine Tree

Autre changement total de style, avec cette fois-ci les anglais de Porcupine Tree. Très clairement, c’est en position de faiblesses que le groupe, lorgnant davantage sur le rock progressif que le metal véritablement, arrive sur scène. Steven Wilson l’annoncera d’ailleurs dès le début du concert, prévenant le public qu’ils vont devoir ouvrir leurs horizons.

Première date de la tournée estivale, nous étions en droit de nous demander à quoi ressemblerait la setlist. D’autant plus que lors de la tournée automnale pour défendre leur dernier album, Closure/Continuation, c’était un concert de 3h qui était proposé.

Et de façon assez logique, c’est une setlist remaniée, combinant des morceaux des deux sets de la tournée automnale qui sont proposés. A savoir d’ailleurs que c’est la seule date de cette tournée proposant un set aussi court du groupe. On retrouvera ainsi les classiques Blackest Eyes ou Trains de In Absentia. Chose plus originale, le groupe nous fait l’honneur de jouer Open Cars issu de l’album Deadwing. Mais forcément, la pièce de résistance, c’est que le groupe ait tout de même joué l’excellent et long morceau progressif Anesthetize.

Iron Maiden

La tête d’affiche de ce samedi, qui aura rameuté les foules, c’est la date unique en France en 2023 de Iron Maiden. Un an après conclu leur Legacy of the Beast tour, le groupe anglais était déjà de retour, afin de défendre enfin leur dernier album en date, Senjutsu. Mais pas que ! Car Maiden à également profité de l’occasion pour faire une tournée 2 en 1, proposant ainsi à la fois cet axe du nouvel album, mais aussi un retour dans le temps centré autour de l’album Somewhere in Time. Ainsi, c’est à peine 4-5 chansons qui sont conservée depuis la précédente tournée du groupe, ce qui pourra plaire aux fans du groupe les suivants de tournées en tournées…Mais beaucoup moins aux personnes pouvant enfin voir le groupe pour la première fois.

En effet, la setlist est très certainement le plus gros débat du concert de Iron Maiden. Le show était comme à son habitude parfaitement huilé, des musiciens en forme, Bruce Disckinson nickel, rien à redire. Mais pour les fans de la vierge de fer, ne pas avoir de Number of the Beast, Aces High, Run to the Hills ou encore Hallowed By Thy Name, cela peut forcément décevoir. Mais de notre côté, étant donné que nous faisons partie de cette catégorie de personne voyant le groupe à chaque tournée, il est toujours chouette de découvrir d’autres morceaux sur scène. Et forcément, le plus gros morceau de la performance de Iron Maiden au Hellfest que nous attendions, c’est bel et bien Alexander the Great, qui nous a été servi sur un plateau en argent.

Within Temptation

Aussitôt fini du côté de Iron Maiden que cela se presse du côté de la mainstage 2. Car oui, c’est un autre très grand nom du metal qui s’apprête à arpenter la scène du Hellfest : Within Temptation. Représentant du metal symphonique depuis presque 30 ans, le groupe, porté par la voix de Sharon Den Adel, était là pour en découdre, et proposer une setlist ultra complète, à la fois donnant la part belle à Resist, leur dernier effort, mais également aux titres plus ancien.

Dès l’ouverture, c’est un Our Solemn Hour issu de l’album The Heart of Everything qui va lancer les hostilité. Du côté du show également, le groupe a mis les bouchées doubles entre les plateformes posées à différents endroits de la scène, la forte présence de pyro ou encore de fumée, on était franchement servi. Un très bon moment, nous permettant également de dire : on les a vu !

Carpenter Brut

Et pour clôturer cette journée du samedi, le Hellfest à fait le choix une nouvelle fois d’un changement de style radical, avec la formation electronique Carpenter Brut. Coqueluche tout de même de la scène metal, il s’agissait d’un véritable challenge de cloturer une telle journée. Et, sans avoir volé la vedette de la soirée, on peut dire que le résultat était franchement à la hauteur de l’évènement. Un set qui ne s’arrête jamais, avec l’arrivée de la quasi totalité des guests présents sur les différents albums, nous avons eu l’impression d’avoir vécu un véritable concert unique qui n’a eu lieu et n’aura lieu qu’une fois. Et rien que pour cela, c’est quelque chose de grand.

On les a loupés au Hellfest : Myrath

Si il y avait un groupe que l’on aurait vraiment aimé revoir en cette journée du samedi, c’est Myrath. Jouant en même temps que Arch Enemy, le choix fut difficile. D’autant que l’un comme l’autre sont des formations que nous avions vu par le passé et dont il était intéressant de voir après autant de temps l’évolution de leur musique sur scène.

La bonne nouvelle, c’est que le concert ait été filmé par Arte concert tout de même.

Et c’est tout pour notre report du troisième jour du Hellfest 2023. La fatigue commence à vraiment se ressentir, mais dimanche est la journée de clôture de cette édition du Hellfest, et il va être difficile de bouder une nouvelle fois de notre plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut